Militaria : vente du centenaire de l'armistice

Samedi 10 novembre 2018 à Troyes
en collaboration avec l’étude Boisseau-Pomez

117 . Fanion tricolore, brodé sur une face au centre de canons croisés surmontés d’une grenade et « 173è Régt d’Infanterie, 3me Cie de Mitrailleuses », sur l’autre face des armoiries d'argent à l'aigle au vol abaissé couronnée de gueules, empiétant une montagne de trois coupeaux d’or, couronne comtale, entourées de palmes et « Mai 1916 ». Bordé de franges dorées. Avec Croix de guerre à une palme et fourragère à la couleur de la Médaille militaire. Cadre en bois, biface. 48 x 50,5 cm (fortes usures à la partie blanche)- En 1914, le 173è Régiment d’Infanterie est en garnison à Bastia, Ajaccio,
Sartène-Bonifacio et Corté-Balagne. La troupe provient de Corse. Le Régiment est mobilisé le 2 août 1914 à Bastia et part le 5 pour Marseille. On le retrouve sur la frontière, le 20 à la bataille de
Morhange, puis engagement en Lorraine et bataille de la Marne. En 1915, il est Aux Éparges et en Champagne. En 1916, Verdun, La Somme. Le 29 mai 1916, le Régiment est sur la côte 304. Après un
intense bombardement, qui dure depuis quatre jours, les Allemands se lancent à l’assaut. Cet assaut se porte principalement sur le 2è Bataillon, qui les reçoivent en chantant la Marseillaise et au cri de « Les Boches, on les aura ! ». Avec les tirs de mitrailleuses et les jets de grenades, l’attaque est enrayée. Le 173è est soumis à un violent bombardement. Les lettres de félicitations et citations affluent pour le Régiment. Le 2è Bataillon et la 3è Compagnie sont cités à l’Ordre de l’Armée. La Citation de la 3è Compagnie de mitrailleuses du 173è RI, sous le commandement du Capitaine Armingaud : « Soumise à un bombardement des plus violents, dans une tranchée de première ligne, sans abri, est restée stoïquement auprès de ses pièces, malgré les lourdes pertes qu'elle a subies et au moment des attaques allemandes, a pris par ses feux le flanc de l'adversaire et a puissamment contribué à repousser l’ennemi et conserver intactes ses premières lignes. A perdu 3 Officiers ». Après cette attaque, le Régiment est mis au repos à Beurrey, jusqu’au 11 juin. En 1917, il est à Verdun et le Chemin des Dames, en 1918, Verdun et Saint-Quentin. Les pertes du 173è Régiment d’Infanterie, lors de la 1ère Guerre mondiale furent de 3 514 hommes. 3 000 / 3 200
118 . Guidon, en soie vert sur une face, brodée « 27è Dragons », en soie lie de vin sur l’autre face, brodée « 7è Groupe mixte d’Auto-Mitrailleuses ». Bordé de franges et broderies dorées. 30 x 46 cm (petites usures) 250 / 300
119 . Guidon du 27è Régiment de Dragons, en drap bleu foncé, brodé argenté sur une face « 7eme Groupe d’A.C.A.M. 3eme Section », sur l’autre face cousu en drap rouge « 27 » encadré de drap blanc. Bordé defranges argentées. 32 x 49 cm-A.C.A.M. : Auto-Canons-Auto-Mitrailleuses
250 / 300
120 . Tablier de clairon, uniface, en soie bleue, à pourtour jonquille, brodé doré au centre « Haut les Têtes ! 2È Bataillon », bordé de franges dorées. Au dos, monté avec de la toile verte. 35 x 43 cm (usures) 50 / 60
121 . Souvenirs d’Eugène Fortier (27/09/1886-12/06/1971) Sergent-major du 42è BCP : album photos, cartes postales , cartes d’État-major , revues , journaux , cahiers, calepins , livres , historiques , annuaires , certificat de bonne conduite , citation à l’Ordre du Bataillon n°166, du 31 décembre 1917 , discours , carte d’alimentation du 30 mars 1919 , carnet de bal , menus de banquets , cartes d’ancien combattant, télégramme militaire , cartes postales , cartes de visite , photos , livret militaire , crucifix , miroir , plaques d’identité , fourragères , brassard , croix de guerre 1914-1917 avec étoile , poignée de canne en boissculpté , bouchon de canon de fusil G 98 , shrapnels... 160 / 180

122 . Souvenirs de Moreau Lucien, Sous-intendant Militaires de 1ère classe : Étoile d’Officier de la Légion d’honneur , Étoile de Commandeur du Nicham Iftikhar avec lettre de nomination , Brevets des Emprunts de la Défense nationale 1915, 1916 , Lettre en français, annamite, cambodgien et chinois pour un cadeau lui étant adressé, Lettre tapuscrite de l’attribution des fonctions de Directeur de l’Intendance du 35è Corps d’Armée, faite le 8 septembre 1916.(manque la bélière et la cravate de l’Étoile du Nicham Iftikhar) 60 / 80
123 . Hanotaux Gabriel Recueil de documents concernant le discours d’Hanotaux pour l’inauguration du monument du Maréchal Foch à Cassel (Allemagne), le 7 juillet 1928, comprenant : documentation
chronologique dont - lettres du Maréchal Foch adressées à Hanotaux – laisser-passer pour le voyage – carton d’invitation à son adresse et pour son épouse – lettres du Général Weygand – lettres du
Secrétaire-perpétuel de l’Académie française – cartes de visite dédicacée du Maréchal Franchet d’Espérey – divers courriers, discours manuscrit avec corrections, tapuscrits avec corrections, plaquettes reliées de l’Institut de France « Discours de Ramond Poincaré et discours de Gabriel Hanotaux ». Sous reliure demi cuir, à coins en chagrin rouge à nerfs au papier de création. - Hanotaux Gabriel AlbertAuguste (1853-1944) En 1879, il intègre les cadres du Ministère des Affaires étrangères , Il est secrétaire d’ambassade à Constantinople. Élu député de l’Aisne en 1886. En 1894, il devint Ministre des Affaires étrangères et accompagne le Président Félix Faure à Saint Péterbourg. Il
est élu à l’Académie française en 1897. 300 / 400
124 . Hanotaux Gabriel Recueil de documents classés chronologiquement, concernant l’inauguration du Monument du Maréchal Joffre à Chantilly (Oise), le 21 juin 1930. Contenant le plan de l’installation, descorrespondances, cartons d’invitation, discours inaugural manuscritavec corrections et tapuscrit avec corrections, lettres de remerciements,coupures de journaux, plaquettes de l’inauguration de cette statue etplaquette de l’Institut de France. Sous reliure demi cuir à coins en chagrin rouge à nerf au papier de création. - Hanotaux Gabriel Albert Auguste (1853-1944) En 1879, il intègre les cadres du Ministère desAffaires étrangères , Il est secrétaire d’ambassade à Constantinople. Éludéputé de l’Aisne en 1886. En 1894, il devint Ministre des Affaires étrangères et accompagne le Président Félix Faure à Saint Péterbourg. Il est élu à l’Académie française en 1897. 200 / 300
125 . « Mémorial des Alliés » Société d'édition nationale les Fils de laLiberté, daté du 10 mars 1926. Exemplaire imprimé pour MonsieurHanotaux de l'Académie française, qui a fait la préface. Cartonnage vélin. BE 43 x 33 cm - Hanotaux Gabriel Albert Auguste (1853-1944)
En 1879, il intègre les cadres du Ministère des Affaires étrangères , Il est secrétaire d’ambassade à Constantinople. Élu député de l’Aisne en1886. En 1894, il devint Ministre des Affaires étrangères et accompagne le Président Félix Faure à Saint Péterbourg. Il est élu à l’Académie
française en 1897. 120 / 150
126 . Barnabaud M « 1914-1919 À nos défenseurs Maison E Bansse » avec liste des morts et des anciens combattants. Plaque en laiton gravé. BE 53,5 x 33 cm 60 / 80

127 . Leroux Georges Paul (1877-1957) « Avant-projet du diplôme de laMédaille de la Victoire » Huile sur panneau. Cadre en bois. 62 x 92 cm - Ce projet est illustré en 4è de couverture du livre de la Gazette des Uniformes hors-série n°4 « Le fantassin de la Grande Guerre 1914-1918
(2ème partie) » sous la direction de Laurent Berrafato. 1995 1 800 / 2 000
128 . Penzyna P (1882-?) « 4 projets de la médaille commémorative interalliée » Dessins à l'encre, signés en bas à droite et datés 1918. Sous verre. Cadre en bois, avec étiquette manuscrite « Projets d'une médaille commémorative interalliée 1914-18 Exposé au Salon des Artistes
Français en 1920 Une face Deux revers Un médaillon ». BE 35 x 105 cm (petites rousseurs) 150 / 200
129 . Pilate René « Étude de papier peint, rubans de la Croix de guerre avec étoile, entourés de guirlandes de fleurs » Encre aquarellée, signée et datée Février 1917. Sous verre. Cadre en bois sculpté. BE 20 x 34 cm 30 / 40
130 . Médaille de Saint Mihiel. Bronze, ruban moderne. 50 / 70
131 . Médaille d’Arras. Argent, avec un ruban pas au modèle. 40 / 60
132 . Lot de 3 décorations : Croix de guerre 1914-1916 avec étoile , Médaille coloniale avec agrafe Maroc , Médaille du Maroc avec agrafe Maroc. Présentées dans un cadre, avec du photo d’un Tirailleur du 8è Régiment, en buste. 40 / 50
133 . Lot de 4 décorations : Médaille militaire , Croix de guerre 1914-1916 avec barrette Verdun , Médaille de Verdun , Commémorative. Rubans. On joint 2 médailles interalliées de la Victoire, belge et britannique, rubans.
30 / 40
134 . Lot de 4 décorations : Étoile de Chevalier de la Légion d’honneur, avec ruban à rosette , Croix de guerre avec étoile , Croix du Combattant , Interalliée. Rubans. On joint 2 médailles belges, de Yser et Croix de guerre. 30 / 40
135 . Lot de 7 décorations : Chevalier de la Légion d’honneur, Croix de guerre 1914-1916 avec étoile, Croix du Combattant, Croix du Combattant volontaire 1914-1918, Blessés, UNC, Interalliée. Rubans.
30 / 50
136 . Souvenir d’un Artilleur du 31è Régiment. Cadre en laiton, garni de velours, avec Croix de guerre avec palme et sa photo. ABE (accident au verre, manque la charnière au dos) 40 / 50
137 . Cadre garni de velours, présentant une Étoile de la Légion d’honneur, Croix de guerre avec 2 palmes et 2 étoiles, insigne marqué « Les loups du Bois Leprètre. Sous verre. (accident au verre)
40 / 50
138 . Insigne non réglementaire pour l’Artillerie de tranchée, dite Crapouillots, en métal ajouré. Fabrication XXè siècle. 100 / 120
139 . Lot de 5 médailles de table, en bronze : cinquantenaire 1918 1968 , 60è
anniversaire de l’armistice 1918 Conseil général de l’Essonne , 1916
1976 Bataille de Verdun , Liga dos combatentes Portugal. 20 / 30

140 . Lance de Cavalerie, modèle 1823. Lame triangulaire, à deux attelles dissymétriques, à trois anneaux pour fixer la flamme. Hampe en bois. Sabot à attelles dissymétriques, matriculée. Dragonne en buffle blanchi. BE LT : 285 cm (usure à la dragonne) 200 / 250
141 . Sabre d’Officier d’Infanterie, modèle de fantaisie. Poignée en corne, avec filigrane. Monture en fer, découpé, ciselé. Calotte à longue queue. Garde à cinq branches. Lame droite, à deux dos plats, puis deux tranchants et deux gouttières, à pans creux au talon gravé sur une face « Au Capitaine Degril de Prégentil du 52è Régt d’Infie 1ère Compie du Dépôt », sur l’autre face « Les Réservistes. Août et Septembre 1882 ». Fourreau à deux bracelets en fer. EM (piqûres, coups au fourreau) 450 / 500
142 . Sabre d’Officier de Cavalerie allemande. Poignée recouverte de galuchat, avec filigrane. Monture en métal nickelé. Calotte à longue queue. Garde à une branche, dite à la Blücher. Lame courbe, à dos rond et pans creux, gravée au tiers. Fourreau à deux bracelets en métal nickelé. ABE (usures, petites oxydations) 100 / 120
143 . Baïonnette, modèle 1886-93. Poignée en métal blanc. Lame cruciforme. Fourreau bronzé. Porte-fourreau en cuir. ABE 40 / 50
144 . Épée de Général de Brigade, modèle 1917 à ciselures. Fusée en corne, avec filigrane. Monture en laiton, ciselé, doré. Garde à une branche. Clavier aux branches de laurier sur faisceaux de drapeaux.
Contre-clavier à pompe. Lame à deux tranchants, gravée aux deux tiers, sur une face « Souvenir des Sous-officiers du 14me Artillerie », sur l’autre face marquée « Manufacture nationale d’armes de Châtellerault 1908 Épée à ciselures ». Fourreau en cuir, à deux garnitures en laiton, ciselé, doré. Avec dragonne de Général de Brigade, dorée. BE (accidents à la couture du fourreau) 650 / 700
145 . Couteau de tranchée, modèle « clou », en fer forgé, avec poinçons sur le « manche ». Reproduction 40 / 50
146 . Couteau de tranchée, modèle N°1. Manche en bois. Garde ovale. Lame cruciforme. Fabrication G.P. Fourreau en bois, à sangle en cuir. ABE (fourreau postérieur) 40 / 50
147 . Baïonnette, modèle 1886-93-16, modifiée en poignard. Poignée en laiton. Croisière matriculée. Lame cruciforme raccourcie. Fourreau en fer. EM (piqûres) 40 / 50
148 . Coupe-coupe, modèle 1916. Manche à plaquettes de bois. Lame à dos plat. Fourreau en cuir. Avec dragonne artisanale en cuir tressé. Fabrication Carrette & Cie Paris 1916. ABE (oxydations)
60 / 80
149 . Couteau, modèle Le Vengeur. Manche en bois. Garde en fer, découpé. Lame à deux tranchants. Fourreau en fer. Fabrication Delaire. EM (piqûres) 80 / 100

150 . Sabre du Général de Division d’Édouard de Curières de Castelnau, modèle de fantaisie. Poignée en corne, avec filigrane. Monture en métal blanc, inspirée de celle du sabre d’Officier de Maréchaussée, modèle 1787. Calotte à courte queue, avec armoiries de la famille du Général.
Garde à une branche principale, quatre secondaires. Lame droite, à deux tranchants, gouttières dissymétriques, marquée au talon « Bailhache et Chardon Paris ». Fourreau à un bracelet en fer nickelé, avec couvre-fourreau en cuir. BE (nickelage du fourreau en partie usée) - Ce sabre est illustré dans le livre « Sabres français de la IIIè République » de Jean ONDRY, page 119 - Curières de Castelnau Édouard de (1851-1944) Promotion de Saint-Cyr 1969 à 1871, participe à la guerre de 1870, École de guerre en 1879. Promu Général de Brigade en 1906. En 1909 il est Général de Division, sous les ordres du Général Joffre. Il est Premier sous-chef d’État-major de l’Armée de terre en 1911 et participe à l’élaboration du plan de mobilisation XVII. En 1913, il est nommé au Conseil supérieur de la guerre. En 1914, il livre son premier combat à Morhange, puis à la Troué de Charmes, il empêche les allemands de contourner l’Armée française et rend possible la bataille de la Marne. Pour cette action, il est promu Grand-officier de la Légion d’honneur. Il est ensuite sur le front de l’Oise, où il résiste. En 1915, il est à la tête du Groupe d’Armée du Centre et dirige l’Offensive de Champagne. Il est fait Grand-croix de la Légion d’honneur et est nommé Chef d’État-major général des Armées françaises. Après
l’Offensive sur Verdun, il nomme le Général Pétain défenseur de la ville. En 1916, Joffre est limogé, Castelnau prend le commandement du Groupe d’Armée de l’Est. En 1918, il organise une manoeuvre décisive en Lorraine. Après l’Armistice, il entre à Colmar le 22 novembre. Il est pressenti au maréchalat, mais le gouvernement refuse. Il est ovationné lors du défilé de la Victoire, le 14 juillet 1919. En 1919, il est élu membre de l’Institut, puis député de l’Aveyron. On joint 8 cartes postales du défilé de la victoire de 1919 Le Général portant ce sabre. 2 500 / 3 000
151 . Pistolet signaleur français, en bronze. Canon basculant, rond, à pans au tonnerre, marqué « Chobert-Paris » et « 16 rue Lafayette ». Clef d’ouverture sur le coté gauche. Plaquettes de crosse en noyer, quadrillé. ABE 50 / 60
152 . Pistolet signaleur français, en bronze. Canon basculant, rond, à pans au tonnerre. Clef d’ouverture sur le coté gauche. Plaquettes de crosse en noyer, quadrillé. ABE (usure à la fermeture)
60 / 80
153 . Pistolet-signaleur français, modèle 1917. Canon rond, en fer, basculant. Carcasse en bronze, marquée sur le coté gauche « Mod. 1917 ». Clef d’ouverture sur le coté gauche. Détente éperon. Plaquettes de crosse en noyer, quadrillé. (piqûres) 50 / 60
154 . Grey A (XXè) « Combat aérien » Aquarelle sur bois, signée en bas à gauche. Cadre noirci. 29 x 43 cm (accidents au cadre) 30 / 40
155 . Mailfert André (XXè) « Mer de nuages » Biplan français en vol. Gouache, signée en bas à droite et datée 1918. Sous verre. Cadre doré. 38 x 64 cm 300 / 350
156 . Bidon, modèle 1877, en tôle étamée, peint par JR, sur une face d’un combat aérien, sur l’autre face de la croix de guerre à 2 palmes, encadrée de l’insigne du personnel navigant et daté 23 août 1917. 150 / 180

157 . « 1914-1918 L’Aéronautique pendant la Guerre Mondiale » Maurice de Brunoff Éditeur Paris 1919. (rousseurs) 150 / 200
158 . « La Guerre Aérienne illustrée » Revues reliées en 2 tomes, du N°1 du 16 novembre 1916 au N° 104 du 7 novembre 1918. (quelques usures et déchirures) 150 / 200
159 . « Les escadrilles de l’Aéronautique militaire française, Symbolique et histoire 1912-1920 » Livre avec envoi. 30 / 40
160 . « Catalogue des Insignes d’Escadrilles exposés au Musée de l’aéronautique, Palais du Trocadéro 1919 » Brochure avec liste et quelques illustrations. 20 / 30
161 . « Brevet d’Aviateur militaire » au nom de Mr Olibé Marcel, Brigadier, décerné à la date du 30 mai 1917. Numéro en bas à droite N° 6709. Cachet à l’encre. Avec insigne métallique de pilote, numéroté au dos « B 4995 » et Croix de guerre 1914-1918, avec palme et étoile. Sous verre. Cadre doré. (la date et les signatures sont insolées) 420 / 450
162 . Brevet métallique de Pilote, numéroté au dos « B936- » (dernier chiffre 1 ou 4). (usures) 420 / 450
163 . Insigne de personnel navigant non breveté, en laiton argenté, matriculé 5372. BE 150 / 200
164 . Insigne de manche d’Officier navigant, en cannetille brodée, dorée, sur fond de drap noir. BE
200 / 250
165 . Cendrier rectangulaire, sur pied, en argent poinçonné, décoré sur un bord de l’hélice, moteur en étoile et ailes, gravé « Les pilotes de la Sal. 39 au Capitaine Obs. T Vachon pour sa victoire du 12.7.1916 Verdun ». BE 9 x 13,5 cm Poids : 106,68 g. 1 000 / 1 200
166 . « Georges Guynemer » en buste, les bras croisés, portant ses décorations, sa croix de guerre comporte 5 palmes. Photo en noir et blanc de Nadar. 27 x 21 cm 400 / 600
167 . « Le Capitaine Georges Guynemer » en buste, portant ses décorations, sa croix de guerre comporte 19 palmes. Photo en noir et blanc de Nadar, contre-signée. 28,5 x 19,5 cm 300 / 400
168 . Lot de 9 photos, Georges Guynemer en tenue de vol et de son avion dont certaines entourées de personnel au sol. 300 / 400
169 . « Georges Guynemer et le chien Parasol » Photo, marquée au dos « Photo prise la veille de la Mort du Capitaine Guynemer par le sergent Risacher qui effectua sa dernière sortie avec lui. Le chien Parasol est celui de Deullin hospitalisé ». On joint des souvenirs de Louis Risacher, Commandeur de la Légion d’honneur, Croix de guerre 1914-1939-1945, ancien pilote de l’escadrille des Cigognes, As de la guerre 1914-1918, 3 photos : le Sergent Risacher devant l’avion, en civil année 20, en
octobre 66 , 2 papiers à lettre : Escadrilles de chasse des Cigognes , association nationale des As...
180 / 200

170 . Lot de 4 photos privées, dont 3 avec Georges Guynemer en permission,
dont une blessé. 60 / 80
171 . Lot de 4 photos de Georges Guynemer, Charles Nungesser et René
Fonck, devant leur avion et remise de décoration par le Roi Albert Ier. (pliures à l’une, écornées)
30 / 50
172 . Lot de 2 photos : avion , 3 aviateurs devant un avion, René Fonck, Capitaine Lagache, Lt Barny de Romanet. (petites déchirures sur le carton contre-collé) 120 / 150
173 . Lot de 11 cartes postales de pilotes : Brocard, De Slade, Dorme, Guérin, Heurteaux, Madon, Marinowitch, Noguès, Tarascon, Roeckeil, Vialet. 20 / 30
174 . Lot de 2 photos dédicacées d’aviateurs, datées 1917. 20 / 30
175 . « 3 pilotes français, devant un avion allemand » Photo en noir et blanc. Sous verre. Cadre doré. 20,5 x 28 cm 10 / 20
176 . Baromètre-Altimètre compensé de l’Aéronautique. Cadran marqué « Aviation militaire ». Fabrication Peltret & Lafarge Paris. Boîtier nickelé. ABE Ø 9,5 cm 40 / 60
177 . Collimateur Chrétien pour mitrailleuse fixe d’avion, peint en noir, marqué sur le dessus « 2449 Lemaire Fabt Paris ». Dans sa boite de livraison en carton, avec sa notice imprimée, datée 4 avril 1918. BE (rousseurs et déchirures à la notice) 800 / 1 000
178 . Lot aviation : photo en pied d’un pilote par Rentlinger, faite en 1916(rousseurs) , brassard d’Officier navigant, en toile bleue, insigne brodé. 200 / 250
179 . Uniforme d’un Observateur de l’Aéronautique militaire : manteau de Capitaine d’Artillerie, en drap gris de fer, à col rabattu garni des insignes brodés à l’étoile et aile. Boutons aux canons croisés surmontés de la grenade. Doublure en toile noire. (usures, trous de mites) , vareuse d’Officier, en drap fin bleu, col rabattu, à quatre poches. Boutons aux ailes et hélice. Doublure en toile grise. Étiquette dans la poche intérieure, illisible. Sur la poche droite, l’insigne métallique observateur, non numéroté. (usures, accidents à la manche droite) , pantalon-culotte, en drap fin bleu, à passepoils rouge. (usures)
2 500 / 2 800
180 . Casque à cimier de Cuirassier, modèle 1874. Bombe, visière et couvre-nuque en fer. Marmouset, cimier à godrons, plaque à la grenade et jugulaires à écailles en laiton. Crinière en crin noir. Houppette de marmouset en crin rouge. Coiffe intérieure en cuir. EM (piqûres, accidents au cuir, usures au crin) 550 / 600
181 . Casque à cimier de Cuirassier, modèle 1874. Bombe frappée « 7 C », visière et couvre-nuque en fer. Marmouset, cimier à godrons, plaque à la grenade et jugulaires à écailles en laiton. Crinière en crin noir. Houppette de marmouset en crin rouge. Coiffe intérieure en cuir. EM (piqûres, accidents au cuir, usures au crin) 400 / 500

182 . Shako d’Officier de chasseur à cheval, modèle 1874. Fût recouvert de drap bleu. Galon argenté. Cocarde métallique tricolore. Cor, mufles de lion et jugulaire à anneaux en laiton, doré. Fond et visière en cuir. Pompon-boule argenté. Coiffe intérieure en soie bleue, bandeau en cuir,doré au fer. Fabrication Manchon Paris. EM (trous de mites, usures) 180 / 200
183 . Shako de l’École de Cavalerie, modèle 1874. Fût recouvert de drap bleu. Galon et ganse blancs. Cocarde métallique tricolore. Grenade,mufles de lion et jugulaire à anneaux en laiton. Fond et visière en cuir.Pompon-boule jonquille. Bandeau intérieur en cuir. EM (trous de mites, usures) 120 / 150
184 . Képi de Chasseur à pied, en drap noir, passepoils jonquille. Jugulaire etvisière en cuir. Coiffe intérieure en soie et cuir. BE 80 / 100
185 . Lot : képi de Colonel d’Infanterie, modèle Saumur, en drap rouge, bandeau noir. Galons, fausse-jugulaire et boutons dorés. Cocarde en tissu tricolore. Visière en cuir. Attribut à la grenade en laiton doré. Plumet tricolore, à olive dorée. Coiffe intérieure en soie et cuir. (coiffe intérieure en partie décousue) , paire d’aiguillettes d’Officier d’État-major, dorées , dragonne d’Officier supérieur, dorée , ceinture porte-sabre. ABE 100 / 120
186 . Chéchia en drap pourpre, avec galon d’Adjudant-chef. Bandeau intérieur en cuir. 20 / 30
187 . Chechia de Zouave et de Tirailleur, en drap foncé. (léchures de mites) 100 / 120
188 . Képi de Capitaine de la Coloniale, type Saumur, en drap noir. Galons, fausse-jugulaire, ancre et boutons en laiton, dorés. Visière et jugulaire en cuir. Cocarde tricolore en tissu. Coiffe intérieure en soie et bandeau en cuir doré au fer. Fabrication Coopérative des Officiers de Terre et de Mer. BE
250 / 300
189 . Képi de Colonel de la Coloniale, en drap noir. Galons, ancre brodée, fausse-jugulaire et boutons dorés. Visière en cuir. Coiffe intérieure et bandeau en cuir, noirs. ABE (usures, bandeau en partie décousu) 150 / 180
190 . Képi d’Adjudant-chef, du 4è, en drap rouge. Bandeau en drap noir. Galons, chiffre brodé, fausse-jugulaire et boutons argentés. Visière en cuir. Coiffe intérieure en toile et cuir. EM (usures) 80 / 100
191 . Képi de Gradé du 172è, en drap noir, fond écarlate, passepoils noirs. Chiffre brodé et fausse-jugulaire dorés. Visière en cuir. Coiffe intérieure en toile et cuir noirs. ABE 30 / 40
192 . Casque d’Infanterie, modèle 1915, dit Adrian, peint en bleu. De part et autre de la grenade, deux étoiles argentées. Coiffe intérieure en cuir noir. Jugulaires tressées en cuir brun. Gravé à la pointe, dans la nuquière « P. de Vallières » (gravure postérieure). BE 550 / 600
193 . Casque d’Infanterie, modèle 1915, peint en bleu. Coiffe intérieure et jugulaire en cuir. Dans la bombe de part en part un trou à l’avant gauche et un autre à l’arrière droit. À l’intérieure de la nuquière un papier collé « Casque trouvé à Belleau dans la ferme Bertrand ». EM 120 / 150